80 ans de solidarité, Conseil québécois de la coopération et de la mutualité

80 ans de solidarité

Il y a 80 ans, les grands acteurs du mouvement coopératif et mutualiste québécois se sont réunis pour créer une force collective. Solidaires plus que jamais pendant la pandémie, les coopératives et les mutuelles continuent de l’être. Découvrez les grands événements qui ont marqué l'histoire du mouvement!


La fondation du CQCM

Dans les années 30, le père Georges-Henri Lévesque revient très impressionné d’un périple en Europe. Les résultats des coopératives en Lorraine et en Belgique lui donnent des idées de grandeur pour le Québec. De retour au pays, il entreprend de réunir toutes les organisations coopératives québécoises sous un même toit, pour une action commune. Il les rencontre à tour de rôle et lance l’idée d’un sommet en terrain neutre à l’Université Laval. Dans un élan de solidarité, tous acceptent sans exception. Quelques mois plus tard, en 1940, le Conseil Supérieur de la Coopération était officiellement créé.

Écoutez l’entrevue avec le fondateur du Conseil supérieur de la coopération, le père Georges-Henri Lévesque.

 

 

 

 


Les mutuelles d’assurance

Au milieu du XIXe siècle, les agriculteurs sont mal protégés par les assureurs traditionnels qui refusent de leur accorder des protections pour leurs biens puisqu’ils jugent les risques trop grands. Dans un élan de solidarité, un groupe de personnes a décidé de s'unir pour se protéger mutuellement advenant que l'un ou l'autre soit victime d'un sinistre par le feu. Cette première société mutuelle du groupe Promutuel Assurance fut fondée dans la région de Montréal en 1852.

Dans les années 20-30, l’Union catholique des cultivateurs (UCC) crée son propre système d’assurance, la Mutuelle-Vie. Cette mutuelle permet aux membres de l’UCC de se procurer à meilleur compte possible l’assurance-vie dont ils ont besoin.

Progressivement, d’autres mutuelles feront leur apparition, particulièrement durant les années 40. On y voit l’apparition de grandes mutuelles très connues aujourd’hui, notamment La Capitale Assurance et services financiers (1940) et SSQ Assurance (1944) qui vont bientôt fusionner leurs opérations. En 1944, on dénombre pas moins de 314 mutuelles d’incendie. Aujourd’hui, près de 4,5 millions de clients profitent des services d’une mutuelle d’assurance

Pour en savoir plus, consultez le ebook.


Les coopératives forestières

L’histoire des coopératives forestières est celle de travailleurs qui se prennent en main pour se créer des emplois durables, contribuant de la sorte tout autant à l'économie sociale que locale et régionale et aussi celle d'un mouvement qui lutte depuis les années 1930 pour faire reconnaître la contribution de la formule coopérative à l’industrie forestière et au régime économique. Leur histoire témoigne d'une volonté de construire le développement du milieu sur une vocation forestière au service des collectivités.

Depuis 25 ans, la Fédération québécoise des coopératives forestières joue un rôle de premier plan dans l'industrie forestière au Québec. Au départ organisme « bona fide » mis sur pied par le Conseil de la coopération du Québec, à la demande des coopératives forestières à la toute fin des années 1970, la FQCF a été en premier lieu un outil de consolidation et de représentation des coopératives forestières.

Augmentant constamment son offre de service aux coopératives pour répondre aux besoins en matière de gestion, de pratiques forestières et de formation de ses membres, elle a changé de statut et de nom et élargi sa mission, pour mieux refléter le rôle déterminant qu'elle joue dans le monde coopératif forestier et dans l'industrie. Avec le temps, cette coopérative des coopératives forestières est devenue un partenaire incontournable du gouvernement québécois et de l'industrie forestière.

Pour en savoir plus, consultez le ebook.


Les coopératives d’habitation

C’est dans les années 1970 que les premières coopératives d’habitation à propriété collective, à but non lucratif et entièrement administré par leurs membres, telles que nous les connaissons aujourd’hui, ont été mises sur pied. Non seulement, c’est à cette époque que le développement urbain était en pleine explosion renforçant davantage la crise du logement pour les moins nantis dans les villes, mais aussi où le militantisme et les revendications citoyennes se bousculaient dans les rues. De sorte que les citoyens mécontents ont protesté jusque dans les bureaux des mairies et des promoteurs immobiliers afin d’obtenir notamment de l’aide gouvernementale pour démarrer des coopératives d’habitation. Contribuant à l’achat et à la rénovation de nombreux bâtiments pour la création de plusieurs coopératives d’habitation.

Plus le mouvement prenait de l’ampleur au fil du temps, plus les coopératives d’habitation ont senti le besoin de se regrouper pour donner davantage de service, avoir une force de représentation et posséder un lieu de concertation. De là sont nées les fédérations régionales. Par la suite, celles-ci, dans un souci de représentativité provinciale, ont décidé de s’unir afin de créer la Confédération québécoise des coopératives d’habitation. Puis, grâce aux programmes d'aide mis sur pied par le gouvernement fédéral, en 1973, et par Québec, en 1977, et à l'appui de groupes de ressources techniques (GRT), la formule coopérative en habitation s'est répandue dans tout le Québec.

La formule coopérative en habitation vise plus que jamais à combler les besoins de logement de plus en plus de personnes, de différents horizons culturels et de diverses catégories de revenus, favorisant ainsi la mixité, la solidarité et une plus grande cohésion sociale dans leur milieu.

Source : CQCH (2012) « La CQCH 25 ans d’histoire » L’Éco-Hop!, Vol. 17, no 3. Encart.


Les coopératives en milieu scolaire

Les coopératives en milieu scolaire jouent un rôle fondamental dans l’éducation au modèle coopératif en étant souvent la première expérience qu’une personne vit en tant que membre ou administrateur d’une coop. Depuis ces premiers balbutiements dans les années 1940 avec les cercles d’études généralement animés par les Jeunesses étudiantes catholiques, ce modèle d’entreprise a permis à des milliers d’étudiants de mettre en pratique leurs idées progressistes en action.

La Fédération des coopératives en milieu scolaire (FQCMS), qui se veut un point de convergence des coops scolaire sous la bannière COOPSCO, célébrait en 2019 le 75e anniversaire de ses premières coops membres qui sont toujours en activité : COOPOLY (École Polytechnique) et Coop HEC Montréal qui ont ouvert leurs portes à quelques jours d’intervalle. Le concept COOPSCO a fait école et on retrouve maintenant la bannière dans la grande majorité des établissements d’enseignement supérieur du Québec.

L’offre de produits et de services de COOPSCO a constamment évolué pour refléter la réalité étudiante avec un vaste assortiment de produits qui inclut les livres, les services alimentaires jusqu’aux accessoires informatiques, en passant par les articles ménagers de la mouvance zéro déchet.