Penser la relance par l'enrichissement collectif, Conseil québécois de la coopération et de la mutualité

Penser la relance

Penser la relance sociale et économique par l’enrichissement collectif : Découvrez une série d'actualités mettant en relief les #10actions proposées par le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) et ses membres. Ces 10 actions suggèrent de faire différemment dans un contexte qui est propice aux changements. Le mouvement coopératif et mutualiste propose aux décideurs de se donner les moyens pour créer de la valeur et de la richesse collective. Ces premières propositions mettent la table pour une démarche beaucoup plus structurée qui est en cours au CQCM afin de déposer prochainement un plan de relance au gouvernement du Québec. 

 

 

 

Action #1 : ENCOURAGER L’INNOVATION AGRICOLE PAR LA COOPÉRATION

Encourager nos agriculteurs avec des avantages fiscaux et protéger les terres québécoises d’intérêts étrangers tout en réduisant les obstacles à la création de modèles émergeants en agriculture tels que les fermes coopératives.

 

Pour favoriser l’économie locale et solidaire, s’inscrire concrètement dans le développement durable et expérimenter un cadre de travail basé sur le partage des responsabilités, certaines personnes ont choisi d’exploiter des fermes selon la formule coopérative. C’est le cas de la  Ferme Coopérative La Shop À Légumes, la Coop Les Jardins De La Résistance et la Ferme Coopérative Tourne-Sol.

 

En encourageant les différents modèles en agriculture, le gouvernement du Québec permet une exploitation diversifiée qui fait place à l’innovation et qui favorise une nouvelle génération d’agriculteurs.

 
 
 

Action #2 : SOUTENIR LES ORGANISATIONS DE DÉVELOPPEMENT DE COOPÉRATIVES 

Soutenir adéquatement les organismes qui octroient des services d’accompagnement et de soutien aux entreprises d’économie sociale, dont les coopératives et les mutuelles.

 

Saviez-vous que dans les 14 villages Inuits, il y a des coopératives du Nouveau-Québec qui approvisionnent les villages, fournissent des services bancaires, bureaux de poste, télévision par câble et services Internet, de la formation, effectuent la gestion d'hôtel, d'une agence de voyages et de plusieurs camps de chasse et de pêche, et effectuent également le marketing de l'art inuit à travers le monde? La fédération (Fédération des coopératives du Nouveau-Québec) qui les regroupe a d'ailleurs reçu il y a quelques semaines le Prix Grande coopérative de l'année 2020 remis par Coopératives et mutuelles Canada.

 

Le modèle d’affaires coopératif permet l’implication des collectivités dans les entreprises et assure des retombées sociales et économiques locales. En encourageant l’entrepreneuriat coopératif, le gouvernement du Québec contribue à l'enrichissement collectif.

 
 
 

Action #3 : VALORISER LES COOPÉRATIVES DU SECTEUR DE LA SANTÉ ET DES SOINS À DOMICILE

Utiliser les coopératives comme partenaires complémentaires de l’État en matière de santé, de services sociaux et de services à domicile pour désengorger la première ligne en favorisant la prévention et le maintien de la santé.

 

Durant la crise de la COVID-19, les employés des entreprises d’économie sociale en soutien à domicile (ÉESAD) ont prêté mains fortes dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées. Dans l'Outaouais, la Coopérative des paramédics de l'Outaouais a offert une partie de sa main-d’œuvre, à ses frais, pour aider deux établissements dans le besoin.

 

Et si le gouvernement du Québec établissait un partenariat durable avec les coopératives des secteurs de la santé et des services à domicile pour désengorger les services de premières lignes?

 
 
 

Action #4 : AUGMENTER LA CRÉATION DE LOGEMENTS COOPÉRATIFS

Augmenter la création de logements coopératifs pour créer des milieux de vie conviviaux et adaptés à nos aînés et nos familles.

 

La crise de la covid-19 risque d'engendrer une crise sociale : les personnes les plus vulnérables en paient le prix le plus élevé. L'habitation est un droit fondamental. Le modèle de coopérative d'habitation offre des unités à des prix abordables qui répondent aux besoins et propose une vie en communauté à ses usagers 

Depuis son ouverture en 2016, la Coopérative de solidarité Havre du Petit Village, à Repentigny, excelle dans la valorisation du mode de vie actif et la participation sociale de ses résidents. Son approche à l’échelle humaine permet aux 125 résidents non seulement de se sentir chez eux et de s’épanouir, mais aussi de participer au développement de leur milieu de vie. Selon leurs intérêts et leurs aptitudes, chaque résident et chaque résidente assument une « contribution » équivalente à 1 h 30 d’implication par semaine. Celle-ci valorise leurs talents et brise l’isolement, tout en leur donnant du plaisir et en renforçant les liens de solidarité entre eux.

En soutenant la création de coopératives d’habitation, le gouvernement du Québec favorise la création de milieux de vie stimulants et adaptés à nos aînés qui leur permettent de demeurer plus longtemps dans leur communauté.

 
 
 

Action #5 : SOUTENIR LES PROJETS COOPÉRATIFS CONTRIBUANT À LA LUTTE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Encourager les filières de développement d’énergies vertes qui ont fait leurs preuves.

La Coop Carbone est une coopérative de solidarité qui a pour mission d'agir face à l'urgence climatique en appuyant la mise en oeuvre de projets collaboratifs. Active sur le marché du carbone et dans les secteurs de l'énergie, de l'agriculture/agroalimentaire et dans la mobilité, la Coop Carbone mise sur la relation avec ses membres et ses différents parteniares publics et privés pour créer des projets collaboratifs, créateurs de richesse.

L’un des projets en cours de la Coop Carbone, la Coop Agri-Énergie Warwick, est un projet agricole
qui regroupe une dizaine de membres. En partenariat avec Coop Carbone, la Coop Agri-Énergie
Warwick développe le premier projet de biométhanisation agricole coopératif au Québec dans la
région de Warwick, dans le Centre-du-Québec.

 

En encourageant les filières de développement d’énergies vertes coopératives, l'état contribue à la lutte contre les changements climatiques et favorise l'intercoopération entre les parties prenantes.

 

À l'occasion de la Journée internationale des coopératives qui se déroule le 4 juillet 2020 sous la thématique de la lutte contre les changements climatiques, visionnez l'entrevue accordée par Jean Nolet, président-directeur général de la Coop Carbone.

 

 
 

Action #6 : FAVORISER LA REPRISE COLLECTIVE

Créer un fonds d’acquisition transitoire d’entreprise pour investir dans les reprises d’entreprise et ainsi, contribuer au maintien de la propriété québécoise.

 

Le propriétaire du Central Café Rimouski souhaitait céder son entreprise, mais craignait que la vente du restaurant à un tiers risque de fragiliser la chimie qui s'était installée chez ses fidèles employés. Par le biais du modèle coopératif, 13 de ses employés, dont plusieurs avaient plus de 10 ans d'ancienneté, ont repris l'entreprise.

 

Pourquoi ne pas mettre en place un fonds d'acquisition transitoire d'entreprise pour promouvoir et faciliter la transaction cédants-releveurs afin de contribuer au maintien de la propriété québécoise?

 
 
 

Action #7 : SOUTENIR LA VENTE EN LIGNE ET LE TRANSPORT DE MARCHANDISES COOP

Soutenir la vente de services et produits coopératifs en ligne ainsi qu’un système de livraison afin de bonifier de façon substantielle l’achat local.

 

La librairie féministe L’Euguélionne, coopérative de solidarité, a vu le jour en décembre 2016, et est une des rares librairies féministes qui existe toujours au Canada et même à l’international. La librairie a vu ses ventes en ligne exploser durant la crise de la covid-19. Une employée, adepte de cyclotourisme, a proposé de faire les livraisons sur l’île de Montréal. 


Le contexte créé par la pandémie de la COVID-19 démontre toute l’importance pour les commerces de pouvoir vendre en ligne et de s’assurer d’avoir un système de livraison adéquat pour leur clientèle. Le gouvernement du Québec doit continuer d’offrir un soutien aux entreprises afin qu’elles puissent prendre le virage essentiel vers le numérique.

 
 
 

Action #8 : FAVORISER L'ACHAT LOCAL COOP

Octroyer un avantage aux acheteurs de produits locaux que ce soit grand public ou commercial et mettre en place des mécanismes d’achat local auprès des coopératives pour les appels d’offres gouvernemental et municipal.

 

La pandémie de COVID-19 n’empêchera pas l'ouverture de la Coopérative Place du Marché de la Petite-Nation qui lançait  ses activités le 23 mai avec comme toile de fond une série de mesures sanitaires. Ces coopératives qui regroupent des producteurs locaux alimentent la chaîne d'approvisionnement et contribuent à l'enrichissement collectif.

 

Comment favoriser l'achat local COOP? Pourrait-on penser à un incitatif pour favoriser l’achat local? Comment les gouvernements pourraient démontrer l’exemple?

 
 
 

Action #9 : ÉDUQUER LA JEUNESSE

Sensibiliser les jeunes à plusieurs modèles économiques en incluant dans les curcus scolaries, du primaire à l'université, l'enseignement du modèle d'affaires coopératif et mutualiste.

 

La création des Instituts virtuels de coopération (IVC) illustre la volonté du mouvement coopératif et mutualiste à éduquer la jeunesse au modèle COOP. Cet événement, créé par l'Association des éducateurs coopératifs ainsi que Coopératives et mutuelles Canada, propose une série de webinaires en ligne pour soutenir les intervenants jeunesse et les coopérateurs et mutualistes malgré la crise de la COVID-19.

 

Pourquoi ne pas bonifier les partenariats entre les institutions scolaires et les réseaux coopératifs et mutualistes pour intégrer du contenu coop dans les cursus scolaires et ainsi favoriser l'apprentissage par des cas et témoignages concrets?

 
 
 

Action #10 : SOUTENIR L'ENTREPRENEURIAT COLLECTIF AUTOCHTONE

Soutenir l’entrepreneuriat collectif autochtone dans l’organisation de leur propre écosystème d’accompagnement.

 

Le 21 juin dernier, nous soulignions la Journée nationale des peuples autochtones et avons présenté pour l'occasion la Coopérative de Travail Inter-Nations (CTIN).

 

La coop a vu le jour à Opitciwan en 2009. Spécialisée dans le domaine de l’aménagement forestier et de la gestion intégrée des ressources naturelles, elle a su s’ancrer dans son territoire et elle multiplie aujourd’hui les projets de développement. L’idée de former une coopérative est née d’une réunion de huit travailleurs forestiers atikamekw, dont Jean-Paul Awashish, qui se sont retrouvés sans emploi pendant deux ans. Leur objectif était de permettre à des personnes du milieu forestier de se prendre en main en devenant propriétaire de leur entreprise et travailleur à la fois. C’est ainsi qu’un groupe de membres fondateurs s’est créé au printemps 2009 et a mis ce projet collectif sur pied à l’été 2009. En vue d’assurer la relève entrepreneuriale en récolte de bois court, la CTIN a développé en 2020 un programme de formation innovant d'apprentissage par simulateur. De technologie finlandaise, le simulateur complet est le premier du genre importé au Canada. Il permettra de former dix nouveaux employés par année à la récolte de bois court, pour un total de 50 nouveaux travailleurs sur cinq ans.  

 

En encourageant l’entrepreneuriat coopératif autochtone, le gouvernement du Québec appuie les Premières Nations dans le développement de leurs communautés ainsi que dans leur épanouissement socioéconomique.

 
 
 

Ces propositions d’actions appuient une lettre d'opinion qui a été diffusée le 9 mai dernier. 


Entrevue de M. Gaston Bédard et Sébastien Girard 
Journal de Lévis - 5 juin 2020

La coopération à travers la crise

«La crise a amené des difficultés pour les coopératives, mais elle a aussi amené des opportunités. C’est sûr que c’est pas mal plus stimulant de gérer de la grande croissance que de faire des mises à pied. Même pendant la crise, le modèle coopératif est un modèle porteur. Des projets de coopératives se sont poursuivis pendant le gros de la crise», ont d’emblée souligné Sébastien Girard, directeur Québec/Chaudière-Appalaches pour la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ), et Gaston Bédard, le président-directeur général du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM).

 

Point de vue de Sébastien Girard, CDRQ Chaudière-Appalaches

Journal Le Soleil - 10 juin 2020

 

Reconstruire plutôt que relancer 

POINT DE VUE / La crise sanitaire n’est pas encore terminée, mais fort heureusement, les gouvernements ont agi rapidement pour en limiter les impacts négatifs. Surtout, saluons ce grand nombre de femmes et d’hommes, particulièrement en santé, qui a répondu à l’appel de la solidarité. Alors, que les entreprises et les commerces commencent à reprendre, du moins partiellement, leurs activités, nous prenons tous la mesure des nombreux effets de cette crise mondiale. 

 

Lettre d'opinion | Réseau COOP

Le Droit - 17 juin 2020

 

Le Québec post-pandémie rêvons à se monde d'après

Le Réseau de la coopération du travail du Québec, appuyé par plus de 80 organisations oeuvrant dans divers secteurs d'activité économique à travers la province, lance un appel à la population pour réfléchir au Québec d'après la pandémie de la COVID-19.

 


Pour plus d’information et pour une entrevue avec la direction du CQCM, contactez :

Isabelle Gagné

Directrice des communications (par intérim)

Conseil québécois de la coopération et de la mutualité

isabelle.gagne@cqcm.coop